Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Infos Sud Lub
Infos Sud Lub
Menu
CUCURON ;  60 ans après on s'est souvenu des Harkis

CUCURON ; 60 ans après on s'est souvenu des Harkis

 Photo AC  : Lors du discours  du maire entouré par les élus

 Photo AC : Lors du discours  du maire entouré par les élus

CUCURON

60 ans après on s'est souvenu des Harkis

La journée d’hommage nationale dédiée « aux Harkis et aux autres membres de formations supplétives des armées françaises » - parce qu’elle a été instaurée après tant d’années de silence de l’Etat français sur le sort qui fut réservé à ces combattants et à leurs proches - a une immense valeur... Cette journée à Cucuron, s'est concrétisée dimanche 25 septembre, au monument aux Morts, par une cérémonie émouvante. En présence de Philippe Egg, maire de Cucuron, de membres du conseil municipal, de Suzanne Bouchet, conseillère départementale, de nombreux maires et élus communaux (Cadenet, Lauris ), les délégations d'associations patriotiques locales, du président du Comité de la Légion d’Honneur de Cavaillon+ Sud Luberon, pompiers de la commune, se sont souvenus de l'Histoire de l'abandon dont ont été victimes les Harkis, après la guerre d'Algérie.

Après lecture du discours de  Patricia Mirallès, Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la mémoire, qui rappelait que « soixante ans après la fin du conflit en Algérie et vingt ans après la reconnaissance officielle de la tragédie vécue par les Harkis, cette période de notre histoire reste une plaie ouverte dans notre mémoire collective », Philippe Egg, excusait l’absence  pour maladie de Fat Lakehal, fille de harkis et ancienne conseillère municipale et  Mohamed Sanhadji, porte-drapeau des Harkis, officier en charge de la sécurité de l’équipe de France de football, actuellement en mission. La cérémonie s’est terminée par un dépôt de gerbes. En même temps qu’un hommage, cette journée a été l’occasion de manifester une nouvelle fois, l'obligation morale que notre pays conserve à l’égard de ceux qui l’ont servi.

Qui étaient ces harkis ?

Engagés dans l'armée française depuis toujours, se battant, auprès des appelés du contingent, pour ce qui était alors leur pays mais aussi leurs familles, les Harkis ont été bien mal récompensés de leur sacrifice notamment, après la guerre d'Algérie, et les accords d'Evian de cessez-le-feu de mars 1962..... Démobilisés, désarmés, plusieurs dizaines de milliers d'entre eux, parmi les quelque 200.000 supplétifs musulmans (recrutés par l'armée française pendant la guerre) et leurs familles, ont été massacrés par les forces du FLN, qui les considéraient comme des traîtres, dans les six mois qui suivirent l'arrêt des combats. Alain CARLE