Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Infos Sud Lub
Infos Sud Lub
Menu
4e soirée du23e festival de Big band de Pertuis : Quand la dynamique du blues et l’élégance du Jazz dialoguent

4e soirée du23e festival de Big band de Pertuis : Quand la dynamique du blues et l’élégance du Jazz dialoguent

Photo AC : 1 – Kovacevic ( contre basse) et  Drew Davies ( saxophone).  2- Le pianiste Uros Perry, une pointure.  3 – Ivan Kovacevic à la contre basse en plein effort
Photo AC : 1 – Kovacevic ( contre basse) et  Drew Davies ( saxophone).  2- Le pianiste Uros Perry, une pointure.  3 – Ivan Kovacevic à la contre basse en plein effort
Photo AC : 1 – Kovacevic ( contre basse) et  Drew Davies ( saxophone).  2- Le pianiste Uros Perry, une pointure.  3 – Ivan Kovacevic à la contre basse en plein effort
Photo AC : 1 – Kovacevic ( contre basse) et  Drew Davies ( saxophone).  2- Le pianiste Uros Perry, une pointure.  3 – Ivan Kovacevic à la contre basse en plein effort

Photo AC : 1 – Kovacevic ( contre basse) et  Drew Davies ( saxophone). 2- Le pianiste Uros Perry, une pointure.  3 – Ivan Kovacevic à la contre basse en plein effort

23e festival de Big band de Pertuis

Quand la dynamique du blues et l’élégance du Jazz dialoguent

Jeudi 4 août, à 21h30, sur la grande scène de l’Enclos de la Charité  on a changé de planète avec une soirée qui a démarré au quart de tour..  Tout part en trombe sur un rythme d’enfer pour une soirée folle d’hommage au grand Ray Charles. Le « Barcelona Big Blues » vrombit sur un tempo carrément rock and roll avec Drew Davies au saxophone et le chanteur pianiste d’origine serbe, Uros Perry, invité pour l’occasion arborant un costume sombre qui convient avec sa voix qui passe en force mais qui lui donne chaud … Des musiciens étourdissants capables de nous faire vibrer jusqu’au bout de la nuit .. à l’Espagnole ! . Alors, quand ils se réunissent dans un seul et unique big band, invitent au fil du temps d’autres musiciens d’exception, pour faire swinguer les notes, assurément les frissons de plaisir auditif ne sont pas loin.

Les arrangements assurés par le leader Ivan Kovacevic à la contrebasse, tombent pile poil, carrés, efficaces en diable, très ajustés au style affiché. Associés à Uros Perry et ses 3 chanteuses (Les Pearlettes), les musiciens, chacun à sa place, dans le collectif comme dans les solos proposés, assurent sans problème. Le public venu en nombre ce soir-là, s’est laissé emporter par la plus sublime des vagues musicales qui nous ait été offerte depuis longtemps et s’est retrouvé certes un peu secoué par l’impact du tempo maintenu à bride abattue… conquis il a littéralement plongé dans un son à haute teneur en énergie qui propulsr chaque titre vers les sommets. Ça a bougé même sur les sièges et cette soirée restera certainement gravée dans les mémoires bien longtemps. Alain CARLE

Ce soir : un final en apothéose

Un moment fort de ce festival qui s’achevé forcément en apothéose ce soir avec deux formations qui n’évoquent pas forcément les big bands d’antan mais qui sont d’authentiques références du jazz : « le  Belmondo Quintet » et « Remembering Jaco » .Depuis plus de 50 ans, ces deux musiciens d’exception (Stéphane, le trompettiste et Lionel, le saxophoniste) ont mené un nombre impressionnant d’aventures musicales, avec le soutien inconditionnel du Belmondo Quintet, leur groupe,( déclaré́ groupe de l'année 2021 aux victoires du jazz), qui les a toujours suivis. Ce soir, les frères remettent à l’honneur l’intrépide Belmondo Quintet en retrouvant, au piano, Laurent Fickelson, le vieux compagnon de route des deux frères, dont on n’a plus à vanter l’élégance musicale. 
A 21h30, « Remembering Jaco » fera revivre l’âme de la musique de Jaco Pastorius, le plus grand bassiste de tous les temps. Aussi, il est impensable de rater ce rendez-vous avec le « Multiquarium Big Band » d’André Charlier et Benoît Sourisse au sein duquel le bassiste Biréli Lagrène, qui a partagé en 1986 une tournée avec Jaco Partorius, feront revivre son œuvre sur la scène de l'enclos de la Charité en cette ultime soirée de cette belle 23e édition. Alain CARLE