Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Infos Sud Lub
Infos Sud Lub
Menu
LA BASTIDONNE :  Jean Louis Joseph : une nouvelle vie nature après celle d’élu

LA BASTIDONNE : Jean Louis Joseph : une nouvelle vie nature après celle d’élu

Photos AC Jean Louis Joseph avec son petit fils Louis
Photos AC Jean Louis Joseph avec son petit fils Louis

Photos AC Jean Louis Joseph avec son petit fils Louis

LA BASTIDONNE

Jean Louis Joseph : une nouvelle vie nature après celle d’élu

Jean-Louis Joseph a exercé de très nombreuses responsabilités politiques au plan local, régional et national. Maire de La Bastidonne durant 36 ans, Président du Parc Naturel Régional du Luberon, Vice-Président du conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur et Président de la Fédération des Agences Régionales de l'Environnement et de l'Energie à Bruxelles… Parmi les actions locales visibles, il a beaucoup travaillé avec le Parc du Luberon sur la relocalisation des productions et de l’alimentation et  a lancé le 1er marché paysan, celui de Coustellet, en 1981. Neuf autres ont suivis (comme celui de St Martin de la Brasque …) et 7 magasins de producteurs ont été créés.

Retrouver ses origines

Aujourd’hui, c’est dans son domaine de « Chante coucou » que Jean-Louis Joseph cultive ses 7 hectares oliviers, 3 hectares de truffiers et 4 hectares de pistachiers. « Je commercialise moi-même mes productions dans les magasins bio de la région » explique-t-il .  Normal pour un adhérent des magasins « Luberon paysan », et pour un acteur de l’association « Pistache en Provence » qui milite pour la relance de la production de pistache dans la région.

Il est toujours membre du Conseil Économique Social et Environnement, fonction qu’il va quitter peut-être d’ici quelques mois. « Je participe à des groupes de travail pour faire part de mon expérience, Mais ma vie actuelle me permet de me ressourcer auprès des arbres car un arbre vous rend toujours ce qu’on lui a donné », conclut Jean Louis Joseph. Alain CARLE

 

Comme pour l’amande il y a quelques années, l’initiative de relancer la culture du pistachier est née du dialogue entre des agriculteurs et des industriels de la pâtisserie, nougatiers et glaciers. Les premiers en quête de diversification, les seconds à la recherche de produits de Provence, plutôt que de l’importation.

Adepte des sols secs et drainants et d’un bon ensoleillement, le pistachier supporte des températures de -30 à + 45° ! Et sait se contenter de sols pauvres